Tutoriel qui brasse du vent.

Votre ventilateur est-il sale ?

Il tourne moins vite.
Il fait du bruit.
Il sort le soir et ne respecte pas ses parents.
Il est tout recouvert de poussière.
Ca sonne et ça indique 88°c !
Une odeur d'isolant électrique chaud monte de votre unité centrale...

Il est temps de faire quelque chose...
Soyez un homme, pour une fois soyez la fierté de vos proches : entretenez vous même votre ventilateur !


Il vous faut :

Un tournevis cruciforme généralement plus petit que celui qui sert à ouvrir le boîtier de l'ordinateur.
Une boîte pour mettre les vis (super idiot mais important quand même).
Un aspirateur puissant (plutôt le 1300 watts de maman que le sans fil à ramasser les miettes de pain)
Du lubrifiant.




Le Lubrifiant :

J'utilise wd40 ou l'huile 3 en 1, en aérosol, mais je dois dire qu'une goutte d'huile de cuisine ou de 15w40 Harley Davidson m'ont sorti de l'embarras une ou deux fois... (Note : si fort jeu sur l'axe du ventilo, une huile plus épaisse, type automobile peut être d'un grand secours). Dans le cas de lubrifiant en bouteille, utiliser la ruse ou une seringue (avec l'aiguille) pour verser proprement. La ruse, c'est ça :


Appliquer une tige en travers du goulot pour faire couler précisément le liquide.

Et la qualité du lubrifiant n'a guère d'importance dans notre cas (un axe de ventilateur de carte graphique c'est pas une bielle de moteur, les efforts sont ridicules, tant que c'est gras, c'est suffisant)

Que faire ?

Dans l'ordre débrancher l'alim du pc, et démonter le ventilateur rebelle.
Si c'est l'alimentation, c'est moins amusant.
Donc on dévisse, on ôte.


 

Dans le cas d'un ventirad de processeur

Il est souvent plus simple de démonter le ventilateur directement dans la machine. Ca évite un démontage remontage de dissipateur, et c'est pareil.
Généralement le ventilateur est tenu par deux ou quatre vis opposées. On ôte le ventilo. On dégaine l'aspirateur, et on en profite pour appliquer l'embout délicatement sur le dissipateur, parce qu'il y a sûrement de la poussière entre les ailettes. Les perfectionnistes se feront un démontage du dissipateur et un nettoyage à l'eau ou à l'air comprimé des ailettes, puis un coup de pâte artic V12 Kompressor sur la base avant de remonter.

Dans le cas d'un ventilateur d'alim

Là, ça se corse. Faut tout ouvrir.
Donc on débranche, et on attend sagement une heure. Parce que c'est chaud, et parce que parfois les gros condensateurs gardent une certaine charge. Comme je n'ai pas envie d'être le bras vengeur de Darwin et qu'une famille éplorée vienne me réclamer des dommages et intérêts, je vous dis que tout ceci ne se fera qu'à vos risques et périls (d'ailleurs c'est écrit sur l'étiquette de l'alim que vous allez ouvrir...).


Là on distingue bien les gros cylindres noirs qui peuvent envoyer de bonnes chataîgnes (testé et approuvé par moi)


Bref, on démonte l'alimentation du boîtier. Si vous êtes un souillon, vous pouvez laisser cette alimentation pendre au bout de ses fils (genre long de fils et pas envie de débrancher mes 7 disques durs et le reste...) Je fais comme ça parce que je suis un souillon adroit.
Bref, on ouvre le capot de l'alim, généralement quatre vis autotaraudeuses. Gaffe, c'est souvent coupant. Et là, c'est le drame : c'est plein d'entrailles, de fils et de colliers. Si vous avez de la chance, il y a une prise pour le ventilateur sur votre alim. Fastoche, on débranche. Ensuite on retire les 4 vis qui tiennent le ventilateur, et hop, on l'a dans la main. Sinon on essaie de
1/ couper les colliers plastique sans entailler le faisceau de fils.
2/ obtenir du mou.
Tant qu'à faire, si on a un aspirateur à portée de main, on fait un peu le ménage, on aspire les tonnes de poussière que trimballe votre alimentation depuis deux ans qu'elle est en 24/7.
Les perfectionnistes en profiteront pour découper à la dremel, à la scie, à la pince coupante, la grille obtenue de découpe dans la tôle.
Bref, on se retrouve dans le meilleur des cas avec l'alim à terre et le ventilo posé à côté, débranché, et dans le pire avec le ventilo pendant par les fils à l'alim qui elle aussi pend par les fils au boîtier... Un peu comme un alien qui tire la langue.

Dans le cas d'un ventilateur de carte graphique...

Et c'est là le but de ce tutoriel...
La geforce Ti4200 de chez Leadtek, plus communément appelée "Panzer" à cause de son épais blindage... sera notre exemple d'application.

Là ça se corse, il faut retirer la carte graphique pour bosser à l'air libre tranquillement. Sur une plaque de carton idéalement. Hop, on la démonte du PC !

Panzer


Ca vaut le coup, là, de nettoyer ? (j'en ai vu des nettement plus sales)



Donc c'est coûteux, une carte graphique, mais c'est pas plus fragile que le reste, vous pouvez y aller gaiement.
Je vais prendre le cas de ma ti 4200 et plus loin de ma vieille geforce 256.
Donc carte déposée, on voit le ventilo. Parfois, sur des cartes dont le refroidissement a été réalisé avec un écriteau "PIGNOUF" sur l'écran du technicien, il y a de jolies grilles décoratives en tôle découpée.

Flux contrarié
Ca pas bien, j'expliquerai peut-être plus tard dans un tutautre tutauriel. Bref, on retire les grilles, les guirlandes s'il y en a, c'est fixé par vis le plus souvent. Et on accède au ventilateur 'tadaaaaa'.
Donc on s'arme d'un cruciforme de la bonne taille (en cas de doute, prendre la taille au dessus avant d'essayer) et on dévisse les vis aux coins.


Hop c'est fait.

Ventilo à deux ou trois fils ? (Sur mon asus GF 256 v6600, trois fils : monitoring de la vitesse et alerte software en cas d'arrêt. CaptFace avait ça sur sa geforce 2 pro de chez leadtek, sauf que sa carte était équipée d'un buzzer, ça mettait la carte en erreur)
Toujours utile à savoir en cas de remplacement.



Tant qu'à faire, on sort l'aspirateur et on vire toute cette crasse des ailettes, hop, avec l'embout brosse ça roule sans souci...

On brosse bien entre les ailettes...

Sans oublier le dos et le PCB (on abîme rien, et le chiffon c'est "accrocheur" sur les composants de micro surface... ) pour ne pas faire les choses à moitié.


Bref, là on a le ventilateur dans les mains...


Le ventilateur est dans les mains.

La suite est valable quel que soit le ventilateur axial.

S'il y a des pales cassées, on ne cherche pas, on remplace. Si on est un jedi on sait que l'on peut faire du temporaire en retirant une pale symétrique pour équilibrer, mais si on est un jedi on a pas besoin de lire ceci.

Si on a un aspirateur sous la main (l'ai-je déja mentionné ?) on va appliquer le suceur contre le ventilo pour avaler toute cette crasse.

Autant le faire par l'arrière, ainsi on ne brisera pas de pales contre le tuyau (c'est que 1300 watts pour entraîner en rotation un 40 mm, ça tourne vite).

L'arrière du ventilateur, pour moi : c'est le côté où il y a l'étiquette, mais aussi les branches qui relient le "centre" au bord. :



ZooooowwiiiiiiiiiiIIIIIIII, hop normalement c'est tout propre.

On évite d'insister, c'est juste pour enlever le plus gros, et le ventilo est peut-être pas graissé idéalement.

Si c'est pas "propre à manger dessus", on finit au pinceau à poils durs mais pas trop, genre plus souple qu'une brosse à dents. Mais comme on ne dispose jamais de ce genre de trucs... Si vous voulez en acheter un, c'est 2 € dans un magasin de dessin. Sinon, rien que le fait de faire passer de l'air à grande vitesse suffit, ça centrifuge et ça dévore la crasse. Si vous voulez nettoyer en profondeur les pales, il faudra ou désassembler, ou utiliser les techniques de perfectionniste, sans que ça apporte un grand mieux (si la poussière a résisté à l'aspirateur, c'est qu'elle est bien collée)

Les perfectionnistes feront ça au chiffon sur chaque pale, de chaque côté, mais c'est le MEILLEUR moyen de briser des pales (sur les petits ventilos de cartes graphiques, c'est TRES fragile et fin, spécialement celui de la leadtek). Gaffe à l'aspiro en face "avant" (celle qui avale l'air, celle qui est dépourvue de branches), risque de pales pétées et de bobos aux yeux si ça vole. C'est donc un truc de perfectionniste.


(This stunt is performed by a trained professionnal, don't try it at home)

On a un ventilo raisonnablement propre.

Si c'est un ventilo à roulement à billes on a normalement pas besoin de graisser, mais dans les roulements "chinois" un peu d'huile passe tout seul et ne fait pas de mal (en environnement propre). Un roulement qui "graillonne" est un roulement mort. Le roulement seul vous coutera deux fois le prix du ventilo, mais si ça vous amuse, dans un magasin de modèles réduits ils auront ça...

Alors tout doucement, sans l'effrayer, on va le retourner pour y voir son derrière. Là :
Il y a à 99% une étiquette collée à l'arrière.

Donc l'étiquette. Eh bé on la vire. Avant, on va se laver les mains qui doivent être sales de toute cette poussière.
Pour la soulever sans difficultés, on passe un petit tournevis ou un trombone, bref, un petit truc par le passage des fils d'alimentation (dans une des branches) et on soulève. Je ne la décolle pas entièrement, mais vous pouvez le faire, c'est à votre guise.



Normalement on voit ça :


Parfois il y a un bouchon en matière souple avant d'accéder à l'axe, parfois on voit le circuit brushless...
Le bouchon saute d'une chiquenaude, ou d'un trombone ou tournevis fin inséré pas trop profont pour faire levier.
Bref.
C'est ça qu'il faut graisser. On dégaine le lubrifiant et on en colle une à deux gouttes, pas plus.
Et là, on fait tourner les pales avec un léger coup de doigt, mon Dieu, c'est si soudainement onctueux... Le WD 40 est très fluide et nettoyant, et il sent meilleur que la 3en1 à mon avis. A vous de voir. La Lessieur ça marche très bien aussi...

Quoi : out ce tintouin pour cette opération ridiculement simple ? Oui.


On essuie l'excédent d'huile, les perfectionnistes mettront un coup d'alcool pour dégraisser pile poil avant de recoller l'étiquette.

Je refais toujours un coup d'aspirateur pour vérifier 'à l'oreille' que la rotation est plus rapide (plus aiguë) et que surtout ça s'arrête gentiment une fois l'aspiration coupée, et non plus brutalement comme avant. Ca permet aussi de retirer un peu de poussière, maintenant que ça tourne un peu plus vite et qu'on a manipulé le ventilateur (vapeur d'eau dans votre souffle, moiteur de vos mains, parfois rien que cela suffit à faire partir un peu de crasse supplémentaire). Mais ce qu'il ne faut surtout pas faire, c'est briser une pale...


Tout propre

On remonte gentiment, et hop. Let's fire it up. Normalement un essai 'à blanc' est conseillé.
A blanc c'est simplement carte graphique enclenchée, mais boitier pas refermé, ça évite de se taper les 3 vis si on s'est trompé.... Murphy est dans le coin.

Et là, joie et félicité, plus un son.

Bienvenue au pays des hommes à bonnet rouge, vous entrez dans le monde du silence...

Bon, ça prolonge la vie de votre ventilo mais ça ne l'étend pas à l'infini. Si ça faisait du bruit genre "greuuuuuuu" c'est que l'axe vibrait dans ses bagues, qu'il a dû user un peu trop. Le lubrifiant forme un film qui s'interpose entre les deux surfaces (les bagues en bronze sont généralement en métal fritté, c'est-à-dire poreux, un peu comme un pâté de sable en plus costaud, et ça stocke l'huile...). Et ça frotte moins, le film d'huile, c'est mieux. Si les bagues sont usées, pas de miracle à attendre. On peut prolonger ("La mécanique, c'est du jeu et de l'huile" ).

L'idéal étant de faire un coup de nettoyage des ventilos tous les deux à trois mois en usage intensif.
Enfin, à vous de voir si c'est poussiéreux chez vous aussi. (L'aspirateur ça ne sert pas qu'à nettoyer les ventilos...)
La chaleur est un phénomène aggravant pour la durée de vie : si c'est chaud, l'huile est plus fluide, et une fois le ventilo à l'arrêt, elle risque de ne pas rester là où elle doit être... De se sauver, de laisser l'axe tout sec, et le frottement sec, c'est pas souvent bon....

Pour les possesseurs de leatek "Panzer", on peut également déclipper les dissipateurs en alu pour étaler de la pâte sur les puces. D'origine, la mienne en avait une petite goutte sur chaque chip, qui ne recouvrait pas toute la surface de la puce. J'ai démonté, étalé de l'artic siver 3 comme il faut. On démonte en pinçant les rivets plastiques avec une pince à bec fin, et le brontosaure en alu se sépare de la carte en deux parties. Ces deux parties (face et dos) sont solidaires l'une de l'autre par une saignée/rainure, mais bon, tout ça maintenu par des clips à ressorts, bof...

Pour une optimisation de la muerto, donc, on va mettre de la bonne pâte à la place de la vilaine en chiche dose.

Pour une optimisation de la dead muerto, on remplace les clips plastiques et ressorts par des vis en nylon. Casto et BHV vendent ça très bien, du diamètre 2 ou 3 ca passe. Les vis nylon ne blesseront pas le pcb même si ça force un peu, c'est pas conducteur, et ça appuie plus sur les chips que les trucs à ressorts. J'ai gagné 10 mhz en ram en faisant ça, mais j'ai eu besoin des vis aileurs, donc exit...

Annexe : chérie, j'ai rétréci la geforce...


Ventilo de carte graphique pautré*, que faire...


J'ai eu à remplacer le ventilo de ma carte graphique pour un autre. Il faisait trop de bruit, alors j'ai acheté un truc aftermarket gentil, un titan machinchouette en cuivre, 12 euros rue Montgallet ou chez pc look. Le ventilateur est plus gros et il y a du métal. C'est limite pour le slot pci du dessous, mais ça passe avec 1 à 2 mm (j'ai une carte réseau fine dessous).


Montage avec soudure pour ne pas avoir à brancher le ventilo sur autre chose que l'alimentation fournie par la carte. Et intercalage d'une résistance (origine : alim claquée) pour réduire la vitesse. Beaucoup moins lourd et moins cher qu'un panneau solaire zalman à caloduc, et inaudible (les disques durs prennent largement le dessus). La geforce paraît toute petite sous ce gros truc, mais ça chauffe pas quand on benche, et ça ne s'entend plus. Le potentiel de dissipation de ce truc en cuivre épais avec un gros ventilo par rapport à l'ancien [Photos] est évident. On dirait presque une FZ 12700 sous ce gros truc cuivré, elle fait petite la Geforce 256.

Voilà, douze euros, un coup de fer à souder et un peu de gaine thermo. C'est l'occasion d'acheter un fer à souder sur les économies faites par rapport au zalman ?

Sinon il y a plein d'autres produits alternatifs, mais bon, ça c'est vaguement tuningue, pas cher et efficace sur ma carte. Et pas lourd, et installé en dix minutes...



*: pautré : expression de mon terroir.



Disclaimer : Si tu t'es fait mal c'est de ta faute, ce tutoriel est pour des gens expérimentés, sûrs d'eux et avec une bonne assurance-vie, si tu le sens pas ne le fais pas. Si tu pètes du matos c'est avec tes mains et c'est pas ma faute, si tu n'est pas contentt j'ai ça pour te calmer.

Ce tutoriel a été réalisé sans qu'aucune carte graphique ne soit blessée durant les prises de vue. © good_boy® 2004